J 19 et J 20 d’Ekaterinbourg à Tobolsk

Samedi 23 juin

Une longue étape de 580 km nous attend ce samedi, nous prenons donc la route dès 7:30. Les stations-services au début de notre parcours sont fermées. Pourtant nous devons faire le plein. La route est bonne mais pas pour longtemps et toujours beaucoup de poids-lourds. Après plus de 300 km d’asphalte bien pourri, nous retrouvons une route de meilleure qualité entre Tyumen et Tobolsk et moins fréquentée par les camions.

Nous faisons une halte à Pokrovkoe, pour visiter la maison natale de Grigori Raspoutine. Soi-disant mystique et guérisseur russe, il fut le confident d’Alexandra Fedorovna, épouse du tsar Nicolas II. Mais le musée est fermé et un panneau indique « Ne pas déranger » !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet après-midi le ciel hésite entre soleil et pluie d’orage. Et nous arrivons à Tobolsk, nous sommes attendus sur la place du Kremlin. Et ce week-end, la fête anniversaire de la ville bat son plein (431 ans).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir fêté l’anniversaire d’Anne-Marie (une baroudeuse), je vais faire un tour du côté de la scène en plein air où se produit une vedette russe de la chanson. A la nuit tombante, le kremlin s’illumine, avant que la pluie ne revienne et trouble le déroulement du feu d’artifice.

Dimanche 24 juin

Nous avons rendez-vous à 9:30, ce matin pas besoin d’autocar. La guide arrive et commence à nous parler en russe. Nous avons tous cru à un gag. Mais non, elle n’est pas francophone et c’est Aldar, notre accompagnateur qui traduit… à sa façon ! Et nous entrons dans le kremlin sur la place où nous avons garé les camping-cars.

Tobolsk a été jusqu’à la fin du 16e siècle la capitale de toutes les Sibérie. Les marchands du monde entier y venaient pour faire du commerce, principalement pour les fourrures. Avant que les routes ne se développent c’était le fleuve Irtych qui servait pour le transport. Elle est la seule ville de Sibérie et l’une  des rares villes de Russie à posséder un kremlin en pierre construit vers 1800.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les bâtiments d’origine étaient en bois et ont été détruits par des incendies. C’est Pierre Le Grand qui a ordonné la reconstruction de la cathédrale en pierre. Nous visitons la cathédrale orthodoxe pendant l’office du dimanche puis nous nous dirigeons vers un belvédère d’où nous découvrons la ville basse. Puis nous visitons le musée d’histoire de la ville et la prison « d’opérette » fermée depuis 1989.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimitri MendeleÏev auteur du tableau de classification des éléments chimiques était natif de Tobolsk.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous déjeunons ensuite dans un restaurant au décor de bois puis prenons un autocar pour aller dans la ville basse. Nous nous arrêtons à l’église catholique polonaise où le prêtre nous accueille et nous raconte tous les périples qu’il a fait en vélo : la Sibérie d’un bout à l’autre, les Pays Baltes jusqu’en Italie et autres Pays-Bas, Belgique… Il nous montre la statue de Jean-Paul II qui est érigée à côté du parvis de son église et nous propose de faire une photo de groupe. Une belle rencontre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Revenu pour le briefing du lendemain à nos véhicules, nous avons quartier libre. J’en profite pour aller voir les boutiques de souvenirs avec quelques baroudeuses. Je suis à la recherche de « sujets » à encadrer. Mais pas l’ombre d’un seul. Mais nous passons la fin d’après-midi de ce dimanche dans la ville, à faire quelques courses alimentaires, recharger nos téléphones russes et retirer quelques roubles pour continuer le voyage. Pas évident avec les distributeurs en cyrillique !

J 18 – Ekaterinbourg

Vendredi 22 juin

Partis à 9:00 en autocar, pour un tour de ville, Ekaterina, notre guide nous raconte l’histoire de sa ville fondée en 1723 en l’honneur de la Reine Catherine épouse de Pierre le Grand. C’est la capitale administrative de l’Oural et la 4e ville de Russie après Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk. C’est la 1e ville de Sibérie, en Asie, et elle compte 500.000 habitants. C’est aussi un centre éducatif, scientifique et sportif important.

Il y a 200.000 étudiants répartis dans 40 établissements d’enseignement supérieur, dont 85.000 à l’université fédérale de l’Oural. La ville est réputée pour ses équipes féminines de basket et de volley. Elle organise aussi des tournois internationaux.

Mais c’est aussi la 2e ville après Moscou pour ses gratte-ciel. Des architectes parisiens ont participé à leur construction.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous faisons une première halte sur une terrasse donnant accès au Musée Boris Eltsine, proche du siège du gouvernement et face à la plus haute tour de la ville (211 m). Aldar nous montre à l’intérieur du Musée la voiture de Boris Eltsine.

Puis nous repartons et passons devant l’hôtel de ville, l’opéra sur la Place de la « Commune de Paris », l’Université de l’Oural à l’extrémité de l’avenue Lénine et l’état-major de l’Armée russe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ekaterina nous parle du Mémorial de la « Tulipe Noire » qui commémore tous les morts au combat postérieurement à la deuxième guerre mondiale. Une sculpture représente un soldat assis qui pleure ses copains d’armes et des colonnes de marbre portent les noms de ceux qui sont tombés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une deuxième halte et nous descendons voir la source chaude qui coule dans le canal et nous touchons la rhodonite qui favorise l’endurance et la confiance en soi. La Sibérie exploite aussi des gisements d’or, d’émeraude, de citrine, de quartz, de serpentine.

Puis nous nous rendons au Mémorial de la deuxième guerre mondiale et ensuite à la frontière entre l’Europe et l’Asie. Nous y découvrons des pierres venues des extrémités orientale et occidentale pour symboliser le rapprochement des continents, mais aussi des rubans porte-bonheur. Pour ce site, la Chine a offert une fleur de kapok et la France un coq. Aussi, nous avons la surprise qu’Aldar, notre accompagnateur, nous offre un verre de « champagne » russe et des chocolats pour fêter notre passage à la frontière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après déjeuner nous allons à pied jusqu’à la Cathédrale Sur-Le-Sang-Versé. Devant la cathédrale une sculpture représente un couple pour symboliser la famille. Chaque année, le 8 juillet a lieu la fête de la famille, et les couples mariés depuis 50 et plus sont mis à l’honneur. La Cathédrale a été érigée en souvenir du massacre de la famille impériale dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis en autocar, nous repartons jusqu’au monastère consacré à la famille Romanov, à quelques kilomètres d’Ekaterinbourg. Nous y visitons la Cathédrale Saint-Nicolas, et découvrons le lieu où les corps de la famille impériale ont été brûlés et sur lequel une croix est érigée.

Retour au parking de l’hôtel où les camping-cars sont stationnés.

J 15 à 17 de Kazan à Ekaterinbourg

Mardi 19 juin – Kazan – Ijevsk

Dès 8:00 nous quittons Kazan pour Ijevsk, capitale de l’Oudmourtie, ville d’origine de Monsieur Kalachnikov. Nous passons par Kazan, chemin le plus court et reconnaissons au passage une enseigne française de bricolage, puis le stade que nous avions vu de loin la veille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le trajet se fait sans encombre et nous prenons une route secondaire plutôt que la voie rapide à partir de Elabouga. Cela nous permet de nous arrêter auprès de la Volga pour notre pause déjeuner. Puis nous reprenons notre route et traversons une multitude de villages avec des isbas traditionnelles en bois naturel ou colorées.

Nous ne retrouvons la voie rapide qu’une trentaine de kilomètres avant l’étape du soir, juste au moment où deux équipages du PPI passent devant nous. Nous continuons ensemble le parcours jusqu’à la « montagne » que l’on voit de loin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivés sur place, et après avoir étendu ma lessive, je pars faire une marche jusqu’au sommet de la montagne avec Emmanuelle et Thierry, d’où nous découvrons la ville d’Ijevsk.

Mercredi 20 juin – Ijevsk – Perm

J’ai conduit ce matin dès le départ de la station de ski et jusqu’à notre pause déjeuner. La route est plus sinueuse que les jours précédant car nous arrivons dans les contreforts de l’Oural. Cependant, l’altitude n’est pas élevée car l’Oural est une très vieille chaîne de montagnes usées.

Nous avons pris notre repas de midi dans un « routier ». Heureusement, c’était un genre de self-service car la barrière de la langue est bien haute. Les russes ne parlent ni le français ni l’anglais… et notre début d’initiation à l’alphabet cyrillique est largement insuffisant. Mais les serveuses étaient charmantes et patientes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Régis a repris le volant après déjeuner. Dans les bouchons à l’approche de notre étape, je remarque que des voitures roulent encore avec des pneus à clous. Cela pourrait expliquer en partie l’état des routes… nous arrivons « en Perm » dans l’après-midi nous une pluie d’orage. Et nous avançons encore nos montres d’une heure. Déjà 3 heures de décalage avec la France.

Perm est située sur les deux rives de la Kama. Elle est tristement célèbre pour avoir abrité le dernier Goulag, fermé par Gorbatchev en 1988.

Jeudi 21 juin – Perm – Ekaterinbourg

A 8:15, nous quittons le parking de l’hôtel Oural où nous étions garés pour la nuit et prenons la route vers Ekaterinbourg. Bien sûr, nous tombons dans les bouchons et les travaux… avant que la voie ne se libère sur l’autoroute pendant quelques kilomètres.

La route dans l’ensemble se déroule à une bonne moyenne. Cela nous permet de faire un détour par Pervouralsk pour symboliser notre passage de l’Europe à l’Asie. Plusieurs équipages de baroudeurs sont déjà sur place. Nous faisons quelques photos au pied de la stèle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avant de rejoindre notre point d’étape du soir, nous visitons l’extérieur du Musée militaire de Verkhyaya Pyshma. Nous y retrouvons les mêmes baroudeurs qu’à l’étape précédente. De très nombreux modèles de chars, avions, hélicoptères, trains… sont exposés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis en nous dirigeant vers le centre-ville d’Ekaterinbourg, nous nous retrouvons dans les bouchons…

J 14 – Kazan

Lundi 18 juin

Nous visitons la capitale du Tatarstan. Kazan est situé sur la rive gauche de la Volga et traversée par la Kazanka, et divisée en 7 arrondissements. Plusieurs monuments ont été reconstruits pour le millénaire de la ville en 2005.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous descendons à proximité du Kremlin de Kazan et pouvons découvrir en contre-bas de la Place du 1er Mai, la pyramide qui est un centre de loisirs pour les habitants. Par cette place nous pénétrons dans le Kremlin, qui est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. A l’intérieur de cette forteresse, nous visitons la mosquée construite entre 1996 et 2005, de marbre blanc d’origine russe. Puis nous passons auprès de la fonderie à canons avant de sortir de l’enceinte pour découvrir la cathédrale orthodoxe de l’Annonciation auprès de laquelle se dresse la Tour de Suyumbike, légèrement penchée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En contournant la cathédrale nous découvrons un autre panorama de la ville entourée d’eau. Puis, en descendant vers la Tour du Secret, où une source jaillissait, nous passons devant le Palais présidentiel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Reprenant l’autocar pour nous diriger dans le quartier où nous prendrons notre déjeuner. Avant de déjeuner, nous faisons quelques pas autour du restaurant et découvrons des maisons typiques de la région. Alsou, notre guide, nous explique aussi comment les chats sont aimés ici car ils ont sauvé les tableaux d’un musée en mangeant les souris.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous déjeunons dans un restaurant très chic, dans une salle appelée « salle du lac d’or » et goûtons les spécialités tatares dont je n’ai pas retenu les noms. Un verre de Vodka nous est proposé en apéritif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La pensée du jour :

« Merci pour l’apéritif que nous avons déjà payé et que l’agence nous offre », signé les baroudeurs philosophes.

L’après-midi est consacré à la visite du Monastère de Raïfa, où nous visitons la Cathédrale de la Vierge de Géorgie et la Cathédrale de la Trinité. Puis nous rentrons à l’hôtel où sont garés les camping-cars.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis déçue de ne pas avoir pu voir le « Temple de Toutes les Religions », bâtiment unique où toutes les religions sont réunies sous un même toit. Sa construction a commencé dans les années 90 du 20e siècle par un peintre sculpteur de Kazan et continue aujourd’hui avec ses disciples.

Cela aurait sans doute d’avantage intéressé notre groupe plutôt que la visite du « village natal » et le théâtre de marionnettes, ces deux sites s’adressant prioritairement aux enfants…

Demain et pour 3 jours, la route…

J 12 – 13 – Moscou – Kazan

Samedi 16 juin

Après avoir fait un ravitaillement complet dans un hypermarché d’une enseigne française en banlieue de Moscou, nous prenons la direction de Suzdal, par la route M7, très encombrée à la sortie de la capitale et bien sûr émaillée de zones de travaux. Nous ne parvenons à Suzdal qu’en milieu d’après-midi. Dans ce village médiéval avec encore quelques isbas (maisons de bois), nous rencontrons quelques baroudeurs arrivés plus tôt et prêts à repartir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette halte nous permet de nous dégourdir les jambes après avoir parcouru environ 150 km. Nous admirons les bulbes bleus étoilés d’or du Palais de l’Archevêque et plus loin les bulbes noirs de la Cathédrale de la Nativité de la Vierge. Nous flânons parmi les nombreux stands de produits locaux destinés aux touristes (poupées russes, chapkas, chaussons et bottes en fourrure…).

Puis nous reprenons la route, encore 3 bonnes heures avant d’arriver à notre point d’étape quelques kilomètres avant Nijni Novgorod. La route est bonne et les camions toujours nombreux…

Odile et sa « parade nuptiale » aux moustiques

Nous arrivons alors que le briefing du lendemain a déjà commencé. Sur la base de loisirs près d’un lac, pas d’eau ni de sanitaires, mais des moustiques… Mais alors là, ils sont des milliers. Les baroudeurs réunis pour le briefing sont couverts des pieds à la tête et même pour certains sous des moustiquaires ou des foulards. Justement, aujourd’hui je suis en jupe, alors je vais tester la crème commandée en Inde sur Internet. Test réussi ! Aucune piqûre.

Dimanche 17 juin

465 km annoncés pour rejoindre Kazan. Nous partons avant 8:00 et évitons de mettre le nez dehors pour ne pas tenter les moustiques. Nous nous arrêtons quelques kilomètres plus loin pour mettre la machine à laver de voyage en route.

Bien que nous soyons dimanche, il y a toujours autant de camions qui circulent et l’état de la route ne s’arrange pas. Beaucoup de radars et de policiers sur le bord de la route. Gare aux amendes, à l’heure du déjeuner nous sommes rejoints par les organisateurs et l’une d’entre eux n’ayant pas pu fournir son attestation d’assurance originale a dû payer 30.000 roubles (environ 400 €).

A l’approche de Kazan, nous pouvons voir sur notre gauche la station de ski, puis quelques kilomètres plus loin Innopolis, ville nouvelle consacrée aux technologies de l’information et de la communication. Juste avant d’arriver nous traversons la Volga par un interminable pont.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce soir nous sommes accueillis sur le parking d’un hôtel, avec de l’eau, pas d’électricité et pas de moustiques ! Demain visite de Kazan.

J 10 et J 11 – Moscou

Jeudi 14 et Vendredi 15 juin

Deux journées bien remplies, avec un tour panoramique de Moscou et un arrêt à proximité de la Place Rouge, la visite de la Galerie Tretiakov, du Kremlin, du métro moscovite et une soirée au Cirque de Moscou.

Chaque matin nous sommes partis en groupe à 9:00 en autocar. C’est Alla notre guide pour les deux jours. Pendant le tour panoramique, elle nous parle de la Russie et plus particulièrement de la ville de Moscou. Tout le long du trajet, elle nous cite les bâtiments que nous voyons de part et d’autre des avenues : les immeubles de la période stalinienne, un immeuble construit par Le Corbusier, les bâtiments du KGB (devenu maintenant le FSB) sur la nouvelle place… l’Université de Moscou, le théâtre du BolchoÏ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous longeons ensuite un jardin qui représente toutes les zones climatiques de la Russie. Depuis ce jardin on accède au « pont volant » inauguré en septembre 2017. Ce pont qui ne relie pas les deux rives, mais surplombe la Moscova, donne un joli point de vue sur la ville et les principaux monuments.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous descendons de l’autocar à proximité de Saint-Basile-le-Bienheureux, autrement appelé Intercession de la Vierge. La Place Rouge est fermée  pour cause de coupe du Monde de football. D’ailleurs, nous croisons des supporter de plusieurs équipes de football car le premier match Russie –   Australie a lieu ce soir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alla nous entraîne dans le grand magasin Gum, où nous admirons les boutiques de luxe et elle nous montre les bouteilles de la meilleure Vodka Beluga. Elle est même proposée dans des flacons aussi raffinés que ceux destinés aux parfums les plus renommés. Nous sortons par la rue Saint-Nicolas où sont suspendus des filets garnis d’ampoules et de décorations.

Nous revenons sur nos pas et nous dirigeons vers le jardin « extraordinaire » qui donne accès au pont volant sur lequel nous faisons quelques photos, puis nous promenons dans le jardin et découvrons en contre-bas l’église Saint-Georges. Avec l’autocar nous nous rendons jusqu’à la Cathédrale du Christ Sauveur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après déjeuner, nous nous sommes rendus à pied à la Galerie Tretiakov pour une visite guidée avec une conférencière. Nous avons pu admirer la peinture russe et notamment des icônes du 14e siècle, mais aussi une œuvre contemporaine et les salles consacrées à la peinture de la fin du 19e et début du 20e siècle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En début de soirée, Frédérique notre guide depuis le départ de Paris, nous a organisé un apéritif avec dégustation de Vodka et spécialités de zakouski, à l’accueil du camping. Nous sommes ravis de nous retrouver en cette fin de journée pour ce moment de convivialité et remercions Frédérique pour les atlas russes et aides mémoires qu’elle nous a préparé pour savoir dire quelques mots essentiels dans la langue russe. « Spassiba » !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vendredi matin, nous prenons la direction du Kremlin pour une visite des cathédrales et du jardin. Nous ne pouvons toujours pas accéder à la Place Rouge. Alla nous présente le plus gros canon du monde (qui n’a jamais servi) et la plus grosse cloche qui n’a jamais sonné… Puis nous pénétrons dans la Cathédrale de la Dormition et admirons les icônes et les fresques. Je suis frustrée, il est interdit de faire des photos dans toutes les églises de Moscou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous visitons ensuite la Cathédrale de la Dépose de la Robe de la Vierge, de petite taille et réservée au clergé, puis la Cathédrale de l’Archange Saint-Michel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’après-midi nous visitons le Métro et y entrons à la station Lénine. Alla nous suggère de prendre le métro afin de voir les plus belles stations, pavées avec du marbre, décorées de sculptures, de fresques… Il y a même des écrans dans les rames pour pouvoir suivre les matchs de la Coupe du Monde de Football. Puis nous disposons de temps libre avant de nous rendre au Cirque pour la représentation de 19:00. Nous déambulons dans la rue Arbat, une rue piétonne de Moscou sur laquelle se trouvent une foule de magasins exclusivement destinés aux touristes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Très bien placés au Cirque, dans les gradins juste en face de l’entrée principale sur la scène, nous apprécions les différents numéros et tout particulièrement les facéties du clown. Les trapézistes nous donnent des sueurs froides avec leurs sauts périlleux. Aucune photo des différents numéros…

Nous regagnons le camping et faisant un tour dans Moscou by night. Demain la route nous attend…

J 9 – Veliki Luki – Moscou

Mercredi 13 juin

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce matin le soleil est revenu au bord du lac et avant de partir à 8:00 je fais quelques photos et découvre la grande volière où les faisans se réveillent. Aujourd’hui, c’est moi qui conduit dès le départ. De ce fait, moins de photos pour illustrer notre journée.

A la décharge de Régis, la route est droite et monotone, donc pas grand-chose à remarquer, sinon des tondeuses téléguidées pour entretenir les espaces verts pentus le long de la route.

Après la pause-déjeuner, nous arrivons à Moscou vers 14:00 et découvrons au loin une église avec des bulbes dorés. Nous passons sur le « joli pont » rouge et voyons sur notre droite le « Moscou City », équivalent du quartier de la Défense à Paris, puis des immeubles aux couleurs et formes diverses et variées. Et dans le trafic dense, nous retrouvons quelques véhicules du raid.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous arrivons dans un camping ombragé, mais infesté de moustiques… vont-ils nous poursuivre tout au long de notre parcours ?

J 8 – Rezekne – Veliki Luki

Mardi 12 juin

Ce matin départ en convoi à 6:00 pour passer la frontière entre la Lettonie et la Russie.

Un premier formulaire pour le véhicule a été rempli la veille à l’arrivée au camping pour gagner du temps à la douane… Mais il faut recommencer, les cases n’ont pas été correctement remplies, ou les renseignements ne sont pas au bon endroit… Ceci fait, nous passons le premier barrage côté Letton et nous avançons jusqu’à la barrière russe. Ça se corse ! En plus des papiers pour le véhicule, nous complétons des formulaires par personne et il faut aller se présenter chacun à la douane avec nos passeports. Mais, ce n’est pas fini : les douaniers demandent l’ouverture de toutes les soutes extérieures du camping-car et ils prennent des photos du contenu. Ils montent ensuite à bord et demandent l’ouverture de tous les placards et regardent le contenu au moyen d’une lampe de poche…

Enfin, nous pouvons partir, il est 10:40 ; avant la dernière barrière, nous saluons Martine et Hervé nos accompagnateurs qui voyagent en 4×4 et qui ont dû vider entièrement le contenu du coffre de leur véhicule, car ils transportent des médicaments pour le médecin du raid et certains de ces produits ne seraient pas autorisés en Russie.

Bref, façon de parler, beaucoup de temps passé, perdu… mais vous ne verrez pas de photos car c’est interdit !

Une fois la frontière passée, nous reprenons la route, monotone, sans paysage car bordée d’arbres, essentiellement des conifères et des bouleaux. Un peu plus loin, le paysage se dessine, un peu vallonné et quelques rares maisons de bois semblant abandonnées. Bien sûr, nous trouvons des travaux sur notre route, comme tous les jours depuis notre départ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin nous arrivons vers 15:15 au camping au bord d’un lac sous une pluie battante. Gare aux moustiques !

Après dîner, le ciel s’est dégagé et nous assistons à un coucher de soleil sur le lac.

 

J 7 – Vilnius – Rezekne (Nirza)

Lundi 11 juin

Les moins matinaux ont été réveillés par la pluie d’orage. Nous partons du camping de Trakai à 8:30 en autocar pour une visite rapide de Vilnius, capitale de la Lituanie. C’est Skaidra notre guide pour la matinée.

Pendant le trajet, elle nous parle de son pays, de ses 3.000 lacs, des 30 lacs autour de Trakai, des 3 châteaux médiévaux construits au 14e siècle par les chevaliers teutoniques. Le pays est entré dans l’Union Européenne en 2004 et fait partie de l’OTAN. La religion catholique représente 80 % de la population… le basket est la deuxième « religion ». La Lituanie est un pays qui transforme le bois, notamment pour IKEA. Il produit également du lin, après la France, et plus particulièrement la Normandie.

Vilnius compte près de 600.000 habitants, 42% de son territoire est constitué de parcs et forêts. La ville organise chaque année en juillet une fête de la chanson, classée au patrimoine immatériel de l’UNESCO, qui draine près de 20.000 choristes.

L’autocar nous emmène jusqu’à un belvédère d’où nous découvrons Vilnius. Mais la Lituanie est un pays plat dont le point culminant est à 293 mètres d’altitude.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis, nous descendons en ville et y entrons par la Porte de l’Aurore, seule qui reste sur neuf à l’origine de la construction des remparts. Au-dessus de la porte, côté intérieur de la ville, se situe une chapelle du 19e siècle qui renferme un tableau de la Vierge datant du 17e siècle en provenance des Pays-Bas et plus de 1.000 ex-voto. Ce lieu de pèlerinage peut être comparé à Notre-Dame de Lourdes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus bas dans la rue nous passons devant l’église Sainte-Thérèse da Villa, le portail Saint-Basile et l’église Saint-Casimir. Puis nous arrivons sur la place du marché où se trouve l’Hôtel de Ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En continuant notre chemin, nous passons devant l’église Saint-Nicolas, une librairie française, et nous débouchons sur la place de la cathédrale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En revenant au camping, nous passons devant le très beau château médiéval de Trakai.

Le temps de déjeuner, et nous prenons la route pour la Lettonie et ce soir nous nous arrêterons à 16 km de la frontière russe.

A suivre…

J 5 et J 6 – de Varsovie à Vilnius

Les bord de la Vistule

Samedi 9 juin

Arrivés dans l’après-midi au camping de Varsovie, mais trop tard pour visiter la ville, nous avons fait une marche jusqu’au bord de la Vistule où nous avons vu un bateau accoster pour déposer des passager au bord d’une plage. Les Polonais s’y détendaient dans des chaises longues sous des parasols.

Dimanche 10 juin

Les grands pins du camping doivent abriter des écureuils. L’un d’eux, perché sur une branche au-dessus du camping-car, a mangé une pomme de pin cette nuit et laissait tomber ses épluchures…

De bon matin, vers 7:30, nous sommes partis à 3 véhicules en direction de Varsovie pour une petite visite. Le temps est clair, les rues désertes, l’idéal pour les photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous commençons par la place de la Vieille Ville, reconstruite à l’identique dans sa forme initiale des 17e et 18e siècles, car entièrement démolie pendant la deuxième guerre mondiale. Puis nous empruntons les rues adjacentes et admirons les façades des maisons et des nombreuses églises. Certains passages entre les maisons, nous font penser au Traboules de Lyon. Puis nous arrivons sur la place du Château et continuons par la Voie Royale, jusqu’à l’entrée de l’Université de Varsovie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En revenant sur nos pas, nous admirons aussi des enseignes en fer forgé, et nous terminons notre parcours devant la maison natale de Marie Curie avant de regagner nos véhicules pour l’étape du jour qui nous emmène à Vilnius.

Ce soir nous avançons nos montres d’une heure.