J 58 à J 61 – Route de la Soie – 2

Mercredi 1er août de Yongchang à Zhangye

Après une matinée de repos et un tour au marché local, nous prenons la route en début d’après-midi pour une courte étape de moins de 200 km.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au marché, très coloré, nous trouvons les produits frais dont nous avons besoin et nous avons toujours autant de succès avec les chinois. Alain sympathise avec un policier. Un des photographes qui était au camping hier soir pendant la réception, nous suit et nous photographie sans cesse. Il m’a même photographiée un peu plus tôt alors que je détendais du linge !?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’après-midi, nous reprenons la route, G30 vers l’ouest. Nous y trouvons quelques kilomètres plus loin, des vestiges de la Grande Muraille, bien différents de ceux que nous avons visités. Ceux-ci sont restés en l’état. Nous voyons dans la plaine plus où moins large du corridor de la Soie, des champs recouverts de panneaux solaires ou d’éoliennes.

Nous arrivons au camping Beihaizi avant 17:00 Nous sommes parqués sur les aires de stationnement des chalets à louer. Le camping à la chinoise est très particulier. Les chinois qui possèdent un camping-car, ne couchent pas dedans mais dans une chambre d’hôtel ou un chalet sur un camping. Ils n’y font pas la cuisine non plus car n’ont pas le droit au gaz…

 

Jeudi 2 août  – de Zhangye à Jiuquan

Nous partons à 8:30 en quasi convoi du camping pour nous rendre en centre-ville de Zhangyue pour visiter le temple du plus grand Bouddha couché de Chine. Il s’agit d’une statue en bois peint de 34 mètres de longueur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous visions le musée qui est consacré et voyons une maquette qui explique la construction de la statue. Puis après avoir flâné dans le quartier, nous reprenons la route G30 pour un peu plus de 200 km. A la sortie de l’autoroute les organisateurs nous distribuent des nouveaux t-shirts arborant le logo de la banque postale chinoise. Nous arrivons au point de rendez-vous avant 14 heures et espérons déjeuner avant la rencontre qui est prévue à 14h30. Mais il n’en est rien. Aussitôt arrivés les organisateur chinois nous accaparent pour faire des photos, pour coller des nouveaux logos sur le véhicule. Encore un repas pris à la sauvette et nous partons pour une visite de la « Forêt de pierres ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous attendions à marcher dans une forêt où des pierres seraient disposées. En fait, nous entrons dans un centre commercial au-dessus duquel est installé un musée exposant des pierres et des pièces de bois. Certaines des pièces exposées sont à l’état brut, d’autres travaillées et sculptées. Etonnant d’originalité. Le cadre est splendide. Vingt-cinq salles d’exposition dans un écrin contemporain avec de la verdure. Inattendu en centre-ville.

La visite se poursuit par cette d’une réplique d’un palais royal. Il faut dire que le propriétaire de ce lieu est l’une des plus grosses fortunes de Chine. Puis nous reprenons nos véhicules, en convoi, escortés par la police, jusqu’au parc … pour découvrir la fontaine de vin et enfin nous repartons car nous sommes attendus pour une présentation de la ville, de la région et de leurs attraits touristiques. Le 1er adjoint au maire, un ami de Philippe, nous présente sa ville et sa région en large et en travers. Trois quarts d’heure de discours. Puis nous assistons à des danses folkloriques et deux interprétations d’instruments de musique typiques : la flûte et le violon chinois. Et re-photo de groupe. Il faut dire que les paparazzi de nous quittent plus depuis deux jours.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, nous sommes invités à nous restaurer autour d’un buffet varié et bien garni.

Vendredi 3 août – de Jiuquan à Dunhuang

Ce matin vers 8:00, nous repartons en convoi escortés par la police pour sortie de Jiuquan. Nous nous dirigeons vers Jiayugan pour visiter sa Forteresse qui, au moyen-âge délimitait la frontière ouest de la Chine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du haut des tours de la forteresse, on découvre le désert tout proche. De nombreuses cours composent l’édifice. Il y a même un théâtre qui permettait de divertir les soldats en garnison.

Puis nous reprenons l’autoroute G30, toujours vers l’Ouest, en direction de Dunhuang. Le paysage est monotone. Le sable, le sable, des dunes, des rochers, quelques champs d’éoliennes. Nous nous arrêtons dans l’après-midi faire une pause sur une aire de services. De toute façon, on ne peut s’arrêter nulle part ailleurs. Sous un auvent, nous achetons des baies de goji en sachets sous vide à moins de 8€ le kilo. Il faudrait être fou pour ne pas en profiter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En approchant de Dunhuang, le ciel s’obscurcit et la pluie commence à tomber. Tant mieux, cela va rafraîchir l’atmosphère car il  y a 32° dehors.

Samedi 4 août – Dunhuang

Départ à 7:30, tous ensemble et en covoiturage pour la visite des grottes de Mogao. Nous laissons les véhicules sur un parking. Nous entrons dans le centre de recherche et assistons à deux projections de films. L’un explique l’histoire des grottes depuis leur origine. L’autre montre les grottes principales, les statues et  les fresques qu’elles contiennent.

Puis nous sortons pour prendre un autocar qui nous emmène en une vingtaine de minutes sur le site des grottes. Déjà, sur la route nous voyons des grottes creusées dans les falaises.

Nous retrouvons devant un mur tapissé d’escaliers, et coursives, de portes ouvertes ou fermées… Toutes les portes sont numérotées, il y en a plus de 400. C’est déroutant. Ce sont les guides qui ouvrent et fermes les portes des grottes au gré des visites. Une guide francophone nous entraîne dans la visite de plusieurs grottes où nous découvrons des statues et peintures rupestres datant d’avant JC ou d’autres du 2è ou 3è siècles après JC. Aucun éclairage, seulement les torches des guides, ou des visiteurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aucune photo n’est autorisée pour ne pas abîmer les peintures… Et la respiration des visiteurs ? La pluie s’est invitée depuis le début de la matinée et ne cesse de s’intensifier. Cela gâche un peu la visite.

Ce site chargé d’histoire, malgré tout, ne me laissera pas un souvenir inoubliable. Les films proposés au début de la visite étaient très intéressants. Mais la visite est décevante, à mon avis.

Cet après-midi, repos bien mérité !

J 54 à J 57 – Départ pour la Route de la Soie

Samedi 28 juillet – de Xi’an à Pingliang

Ce matin nous sommes les invités de la municipalité de Xi’an qui organise en notre honneur une manifestation pour fêter notre départ sur la Route de la Soie. Nous avons reçu la consigne d’être prêts à partir pour 8:30. Pendant notre absence hier, une estrade a été installée sur l’esplanade où nos véhicules sont stationnés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le maire, retenu dans une réunion importante, a délégué ses pouvoirs à deux personnes de son entourage : le responsable des affaires étrangères et le responsable de la société de l’eau. Le premier prend la parole pour se féliciter de l’amitié franco-chinoise et de l’organisation du périple qui passe par la Route de la Soie et nous souhaite bonne chance et bonne route.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un court spectacle de danse traditionnelle puis de musique classé au patrimoine immatériel culturel mondial nous est proposé. Gil, vice-président de la FFCC, prend la parole à son tour pour remercier et exprimer notre satisfaction des visites et attentions dont nous avons bénéficié depuis notre arrivée dans la ville. Et les congratulations se terminent avec le deuxième représentant de la mairie et l’envoi de confettis au moyen de deux canons…

Une photo de groupe est prise sur le podium. Puis nous sommes invités à regagner nos véhicules pour un départ en convoi. Et nous voici à nouveau sur l’autoroute pour plus de 300 km.

Convoi exceptionnel de yourtes ?!

Au péage de Tingkou, des camions de convoi exceptionnels sont arrêtés sur le côté. On dirait qu’ils transportent des yourtes toutes montées…

Dans l’après-midi, le paysage change. Nous voyons, de part et d’autre, dans la montagne des habitats troglodytiques. Avant Jingchuan, des falaises argileuses en terrasses comme des châteaux de sable, des immeubles en construction, tellement hauts et étroits, que l’on craindrait qu’ils tombent au premier coup de vent, un fleuve à sec, ou presque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après le briefing nous partons dans la vieille ville de Pingliang (reconstruite en 2010 « en carton-pâte ») nous promener et dîner avec plusieurs équipages. Nous nous asseyons autour d’une table et commandons des brochettes et des nouilles. Crise de rire quand il faut manger les nouilles avec les baguettes. Les baroudeurs sont l’attraction du jour et nous faisons des photos avec des passants et le cuisinier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimanche 29 juillet – de Pingliang à Yongjing

Ce matin nous partons avec trois autres équipages pour suivre en partie la route S312, une nationale. Nous souhaitons voir les villes et villages de plus près, nous approcher de la population si possible. Ce que l’autoroute ne nous permet pas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous regagnons d’abord la G70, puis la G22 que nous quittons à Longde pour la S312. Nous traversons des villages. Marc et Suzanne en profitent pour faire laver leur véhicule. Marc ne peut s’empêcher d’aider pour être sûr que cela soit bien fait. Puis nous reprenons la route jusqu’à Huining où nous faisons notre pause déjeuner, garés sur une contre allée. L’avenue est très large, deux fois quatre voies. Et il n’y a presque pas de circulation. On peut dire que les chinois voient grand. Autant que pour les immeubles en construction. Des villes entières sortent de terre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au gré de notre parcours sur la nationale, nous découvrons des paysages de montagne avec des cultures en terrasses. Mais aussi, ce qui est surprenant, peu de montagnes à l’état naturel. C’est-à-dire qu’elles sont presque toujours modelées par la main de l’homme, pour des cultures en terrasses, pour faire passer une route, un pont… C’est assez perturbant. Je me rends compte que partout où je regarde, tout a été fabriqué, modelé, transformé. Rien n’est à l’état brut.

Finalement, dans l’après-midi, Régis et moi décidons de reprendre l’autoroute. Nous devons arriver au point de rendez-vous du soir pour le briefing à 19:00 et il nous reste plus de 200 km à parcourir. Par la nationale, cela ne semble pas réalisable avec la limitation de vitesse et les camions qu’il est parfois difficile de doubler. Jean-François et Monique font comme nous. Alain et Isabelle et Marc et Suzanne continuent par la nationale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par endroit les tunnels se succèdent pour traverser la montagne. Certains font près de 10 km de long. Le contournement par le nord de Lanzhou nous paraît sans fin. Il y a des portions embouteillées à cause de travaux. Nous arrivons finalement à destination, sur un camping neuf ouvert depuis un an, seulement à 18:25 alors de Philippe, notre accompagnateur local, annonce que le directeur du camping nous offre un apéritif dînatoire dès 18:30.

Comme la veille à Xi’an, le directeur du camping fait un discours et nous souhaite la bienvenue et bonne route pour la suite de notre périple. Gil lui transmet nos remerciements pour l’accueil qu’il nous réserve et lui remet le « label de camping agréé » par la FFCC ainsi qu’une bouteille de vin français. Le buffet est ouvert et nous nous régalons tandis que les derniers équipages arrivent seulement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le briefing se tient après ce repas surprise. Nous apprenons que la route que nous devions emprunter le lendemain est fermée, à partir de cette nuit, pour travaux pendant un an. Les organisateurs suggèrent donc un autre itinéraire qui nous oblige à repasser par Lanzhou. Nous devions faire 165 km. Cela risque d’être multiplié par 2. A voir.

Lundi 30 juillet – de Yongjing à Xiahe

Réveillés à 6:00 par les entraînements « militaires » de jeunes gens à proximité du camping, nous partons à 8:00, avec les équipages 01, 17 et 20. Nous suivons le 4×4 des organisateurs. Nous remontons jusqu’à Lanzhou pour prendre la G75 puis la S2 en direction de Linxia.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous longeons le Fleuve Jaune dès notre départ pendant quelques kilomètres, puis nous passons Lanzhou sans trop d’encombres. Quand nous arrivons sur la G75, le paysage change. Cette vallée est plus aride que les paysages précédents.

Lorsque nous bifurquons vers Linxia avec la S2, nous retrouvons de la verdure à profusion et nous nous étonnons de voir autant de minarets hérisser le paysage. En effet, Linxia est une ville musulmane et cette religion s’est propagée dans toute la vallée en amont et en aval de la ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir passé Linxia, la route continue de monter. Nous nous arrêtons au bord de la route pour quelques achats de fruits et faisons une photo souvenir avec une famille chinoise arrêtée à côté de nous. A certains endroits, les murs qui soutiennent les bas-côtés sont décorés. Sur le bord de la route un moine descend vers la vallée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous arrivons au point de rendez-vous pour la visite du Monastère bouddhiste de Labrang. Deux des six lamaseries de Chine sont situées dans la région autonome tibétaine, une à Xiahe que nous allons visiter, et une à Xining. Ces monastères forment les moines jusqu’au « grade » de Lama.

Nous visitons certains bâtiments, l’école de médecine chinoise et des temples bouddhistes. Aucune photo n’est autorisée à l’intérieur et nous ne devons pas non plus photographier les moines. Sinon, ils vont perdre leur âme. Par contre, ils ont presque tous un smartphone, peut être connecté en 4G avec Bouddha !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ensuite nous reprenons la route de montagne pour un bivouac à 3200 mètres d’altitude. Nous nous arrêtons en altitude pour admirer le paysage. Plus loin, une partie de la route est en travaux et forme des ornières. Mais juste après nous trouvons une route bétonnée, à une seule voie qui grimpe dans la montagne. Nous arrivons à destination sans trop savoir où nous garer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui nous avons parcouru 344 km au lieu des 165 prévus initialement. Le briefing se tient de nuit avec moins de 15° à l’extérieur. Chacun est pressé de rentrer au chaud. Les jours se suivent… Mais que sommes-nous venus faire dans ces montagnes. Demain nous devons refaire la même route en sens inverse pour gagner Yongchang, soit 600 km.

Mardi 31 juillet – Xiahe à Yongchang

 

Départ à 7:00 à plusieurs équipages. Le soleil commence à se montrer dans la montagne. Il n’y a que 9° dehors. La route se fait sans problème jusqu’au pont que nous devons traverser à Lanzhou pour franchir le Fleuve Jaune. Une barre de limite de hauteur à 2,40 mètres nous interdit le passage. Nous faisons marche arrière et continuons quelques centaines de mètres sur la voie que nous venons de quitter et nous arrêtons.

 

Vim a trouvé un autre itinéraire pour contourner l’obstacle. Aller, encore quelques kilomètres de plus. Après avoir enfin trouvé la G312, nous nous arrêtons pour déjeuner dans un petit restaurant en bord de route. Avec Vim et Elisabeth, Ivan et Ljiljana nous nous régalons d’un jarret de porc et de côtes de bœuf bouillis avec quelques tomates, oignons et poivrons.

Nous reprenons la route et entrons bientôt sur la G30. Le paysage est encore différent. Des montagnes arides autour de 2500 mètres d’altitude (la route est à 2250m), le lit des torrents à sec, et plus loin des cultures maraîchères sous serres. Des travaux nous obligent à reprendre la G312 à Dachaigou. Il est bientôt 16:00 et nous devons être à 18:00 au camping de Yongchang où nous sommes attendus (encore) pour des festivités… Et nous n’avons même pas eu le temps de visiter le temple bouddhiste de Wuwei. Les journées sont trop courtes ou les étapes trop longues…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et re-discours, et re-remise de label FFCC et re-buffet… au camping de la Forêt de Jujubiers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J 52 et 53 – de Shaolinsi à Xi’an

Jeudi 26 juillet – de Dengfeng à Xi-an

Après une deuxième nuit autour de 35°, sur le parking de l’hôtel qui est au bord  d’une route très passante, nous sommes réveillés avant 6:00 par les élèves des écoles d’arts martiaux qui s’entraînent déjà. Sur le parking de l’hôtel, il y a aussi un groupe de personnes qui pratiquent le Tai chi avec un professeur.

Nous partons à 8:15. Il y a déjà 31°. Aujourd’hui, nous prenons l’autoroute G30 vers Xi’an. A 13:00, le thermomètre extérieur indique 39,5 °. Le réfrigérateur commence à avoir du mal à faire du froid. Et nous le sollicitons beaucoup pour nos bouteilles d’eau qui défilent avec la température qui augmente.

Comme sur toutes les autoroutes chinoises, il y a peu de paysage car elles sont souvent bordées d’arbres. Certains passages sont dans la brume de chaleur et/ou de pollution. En début après-midi, nous passons à côté du Fleuve Jaune puis la chaussée se sépare en deux : deux voies pour les poids-lourds et deux autres pour les voitures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous arrêtons vers 14 heures pour acheter un stock de bidons d’eau à boire. En repartant, une pluie d’orage s’abat sur notre passage et la température chute de 15° d’un coup. Les véhicules ralentissent jusqu’à retrouver la route sèche quelques kilomètres plus loin. En arrivant à Xi’an un nouvel orage éclate et la chaussée est inondée par endroit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous arrivons dans le Parc du lac Hancheng où nous resterons deux nuits. La température est plus respirable. Pour une fois, nous sommes contents qu’il ait plu.

Vendredi 27 juillet – Xi’an

Réveillés avant 6:00 par des chinois qui s’entraînent à leurs activités physiques favorites, nous émergeons tous de nos véhicules bien avant l’heure de rendez-vous convenue. Nous nous essayons aussi à une danse avec quelques locaux sur un rythme donné par des tambours. Ils nous invitent à jouer sur leurs instruments à percussion.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et à 8:15 tout le monde se retrouve auprès de l’autocar, pour une journée de visite et découverte de Xi’an. Georges notre guide nous parle de sa ville qui se situe à l’ouest du fleuve Jaune et compte 9 millions d’habitants. Elle fut la capitale de la Chine au 2è siècle avant JC et a gardé ce statut sous 11 dynasties. De nombreuses religions se sont implantées par le biais de la route de la Soie : le bouddhisme, le christianisme et l’islam. La région de Xi’an possède des mines de charbons  et des puits de pétrole. Les forêts de son territoire abritent des pandas géants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre première visite est consacrée à l’armée des guerriers de terre cuite. La première fosse recouverte d’un immense hangar expose plus de 7000 soldats et quelques chevaux. Chaque fantassin est différent. Chaque statue a été sculptée devant un soldat réel et demandait un travail de 4 à 7 jours. Quand on regarde en détail les visages, on est saisi par le regard fixe qui semble nous dévisager. Cette armée figée est impressionnante. Bien plus que la Grande Muraille. Puis nous visitons le musée qui expose des chars en bronze.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après déjeuner, nous visitons la fosse n°3 qui abrite les officiers de l’état-major et leurs chevaux. On distingue le grade de ces soldats à leur tenue vestimentaire. Nous reprenons l’autocar pour Xi’an. La pluie s’étant invitée, nous passons un peu de temps dans un magasin d’état qui commercialise des bijoux et objets en jade. Puis nous visitons la Pagode de l’oie qui est aussi appelée la « Tour de Pise » de Xi’an car elle penche. Les différentes cours se succèdent avec une ombre salutaire sous ses grands arbres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous dînons assez tôt de spécialités de raviolis en forme de grenouilles, de hérissons… et assistons à un spectacle « genre opérette » chinois qui raconte la vie de l’impératrice… Eau de rose et compagnie. Pour terminer la soirée, nous visitons les remparts de Xi’an, de nuit. Nous passons au-dessus des douves et y entrons par la porte sud avant de monter la centaine de marches qui nous hissent au sommet au niveau des créneaux. Très joli point de vue sur la ville illuminée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.