J 74 à J 76 – d’Andijan à Samarkand

Vendredi 17 août – Visites dans la vallée de Ferghana

Partis en autocar dès 8:00, Rustam notre guide et accompagnateur nous parle de son pays, l’Ouzbékistan. C’est le 2e pays des 5 d’Asie Centrale avec en 1e le Kazakhstan, puis le Turkménistan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. L’Ouzbékistan compte 32,5 millions d’habitants, dont 9 millions dans la vallée de Ferghana, région la plus peuplée.

L’activité économique agricole de la région est le coton. La vente de production de fils, de tissus et de prêt à porter est privilégiée à la vente de coton brut. Les fibres de coton sont donc utilisées pour le textile et les graines pour les semences suivantes et aussi transformées en huile pour un usage alimentaire.

En Ouzbékistan plusieurs langues sont parlées : l’Ouzbèke d’origine turque, le Tadjike (langue de « l’élite »), le Russe, langue internationale des pays anciennement dirigés par l’URSS. L’enseignement de l’Ouzbèke ou du Russe est au choix des familles. Le Russe est d’avantage choisi pour obtenir un bon travail. L’anglais est enseigné à partir de l’âge de 7 ans.

Nous arrivons 2 heures plus tard à Kokand « la ville du vent », ancienne capitale du Khanat de Kokand, jusqu’en 1876. Et nous allons visiter le Palais de son ancien gouverneur Khoudayar Khan, qui a servi de garnison militaire aux Russes, puis d’exposition de l’artisanat local et enfin de Musée d’histoire de la ville de Kokand.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis nous visitons la Mosquée Juma, qui était la première « mosquée du vendredi » de Kokand. Elle a été construite au début du 19e siècle, dans le style rural propre à la région. Fermée pendant l’époque soviétique elle a rouvert en 1989 après restauration. Dans sa cour, s’élève un minaret de 22 mètres de haut et sa cour couverte est soutenue par 98 piliers polychromes en bois des Indes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous repartons ensuite pour Richtan, à une petite heure de route de là. Nous y prenons notre déjeuner dans une fabrique de céramique. Le maître céramiste porte de même nom que notre guide Rustam Ousmane, sans lien de famille. Nous assistons ensuite aux différentes phases de fabrication des pièces de céramique. Un jeune homme travaille sur un tour et confectionne un vase. Plus loin, un homme et une jeune fille peignent les motifs décoratifs dans des plats. Quelle précision du geste !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre dernière visite concerne une soierie à Marguilan également distante d’une heure de route. Nous voyons tout d’abord le filage des cocons de vers à soie. Un cocon peut dérouler en moyenne 4.500 mètres de fil de soie. Puis dans un atelier on nous explique la technique de l’ikat qui consiste à colorer le fil avant le tissage pour composer un motif. Technique que j’avais déjà vue à Bali. Dans un autre atelier nous observons les femmes qui travaillent sur les métiers à tisser et réalisent le motif créé sur le fil dans l’atelier précédent. Enfin, nous passons inévitablement par la boutique et certaines bourses se délient… Attention à la conversion, un euro égal environ 9000 sums.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, nous rentrons à Andijan à la nuit tombée. Et nous devons trouver un magasin de téléphonie pour activer nos cartes Sim ouzbèkes et les charger de quelques Go pour accéder à Internet. Et ce n’est pas gagné !

Samedi 18 août 2018 – d’Andijan à Tachkent

Nous quittons Andijan vers 9:00, après avoir fait quelques courses, pour une étape de plus de 360 km. Il fait déjà 29°, et Garmin, notre GPS, est inopérant… La carte routière est peu détaillée et les panneaux indicateurs sont assez rares.

Après quelques kilomètres en direction de Kokand nous traversons une petite ville et le doute s’installe car les repères indiqués sur la feuille de route ne sont pas au rendez-vous. Je descends du camping-car pour demander la route de Tachkent. Effectivement, nous nous sommes trompés et devons rebrousser chemin.

Nous sommes soulagés de retrouver la nationale A373 et nous redoublons d’attention pour la suite du parcours. Nous n’avons pas vu le marché au pain indiqué sur la feuille de route. Sans doute à cause de notre erreur de parcours. Par contre nous traversons un marché très animé quelques temps plus tard. Les champs qui bordent la route sont en culture de coton. Les agriculteurs vendent leurs productions de fruits et légumes sur le bord de la route. Celle-ci est en assez mauvais état et ne permet pas de rouler vite. Lors de la pause pour déjeuner, nous n’avons pas encore parcouru la moitié de l’étape.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’après-midi, nous retrouvons la montagne, toujours le massif du Tian Shan et passons un col aux environs de 2000 mètres d’altitude. En redescendant sur l’autre versant, nous nous arrêtons à un point de vue impressionnant et plus loin auprès d’une retenue d’eau d’un barrage hydroélectrique. Plus tard, nous cherchons une station-service qui sert du gasoil. Marchandise rare en Ouzbékistan. Heureusement quelques baroudeurs sont passés avant nous et l’ont indiquée sur Whatsapp. La pompe est hors d’âge. La route est bordée d’arbres protégés à la chaux comme portant de grandes chaussettes blanches.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’arrivée dans Tachkent se complique car d’importants travaux sont en cours pour créer une 4e ligne de métro et modifie le parcours que nous aurions dû prendre pour nous rendre au parking qui nous est réservé cette nuit. Le pointeur du GPS est seul au milieu de l’écran et le petit drapeau d’arrivée fini par apparaître en haut de l’écran. Nous approchons et passons devant les repères indiqués sur la feuille de route. But !

Dimanche 19 août – de Tachkent à Samarkand

Avant de quitter Tachkent, nous partons faire un tour à pied dans la capitale avec quelques autres baroudeurs. A côté de l’hôtel Ouzbékistan, se trouve le parlement ouzbèke, joli bâtiment moderne. Il faut dire que la ville a été détruire en 1966 par un tremblement de terre de 8,2 sur l’échelle de Richter. Donc beaucoup de bâtiments sont récents. Nous traversons le square de la place Amir Timour et admirons la statue équestre de Tamerlan qui a donné son identité à l’Ouzbékistan.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous poursuivons notre promenade jusqu’à la place de l’indépendance. En chemin nous découvrons l’ancienne résidence Romanov (de la famille du Tsar), plus loin le Ministère des Finances, puis en revenant le symposium.

 

Notre étape du jour nous emmène vers Samarkand. La route est assez mauvaise dans l’ensemble. A la sortie de Tachkent, nous sommes retardés par un embouteillage aux abords d’un marché populaire. Mais nous nous arrêtons à Baxt pour déjeuner et faire un petit tour de marché.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’après-midi nous roulons encore plus de 200 km jusqu’à l’étape du soir. Le paysage ne présente aucun intérêt. Seulement quelques scènes de vie appellent mon attention de photographe. Nous arrivons vers 18:45 à Samarkand et le briefing à lieu à 20:00 dans une salle de réunion de l’hôtel Registan.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s