J 33 et J 34 de Kiakhta au Monastère Aglal Buteel

Samedi 7 juillet – de Kiakhta à « Petite colline verte »

Partis à 4:30 du bivouac, parcourons une route sinueuse avec un décor de rêve. A chaque virage, le paysage change, la brume matinale est encore accrochée aux flancs montagneux. Nous arrivons à la frontière russo-mongole à 6:00. Là commence une longue attente. Tous les véhicules du raid sont les uns derrière les autres comme les organisateurs nous l’avaient demandé la veille lors du briefing. Cependant, une voiture mongole réussit à s’insérer entre 2 camping-cars, puis une 2e devant la 1e. Des voitures particulières et des camions arrivés après nous passent avant nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, la barrière s’ouvre pour nous à 9:00, premier contrôle de passeport. Nous avançons de quelques centaines de mètres en attendant le contrôle des véhicules, papiers du véhicule, visite ? voire fouille du véhicule et pour certains passage au scanner… Nous arrivons à la frontière mongole à 11 :50, nous y retrouvons Unur, notre accompagnatrice mongole. A 12:55, les formalités sont terminées. Nous reprenons la route et parcourons 6 km pour rejoindre le point de rassemblement. Compte tenu de l’heure, nous déjeunons avant de poursuivre en attendant les derniers équipages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre route de l’après-midi nous entraîne dans les steppes sur une route plutôt droite, pas toujours en bon état… quelques coups de frein sont nécessaires quand une portion soudain mauvaise secoue le véhicule (et ses occupants). A perte de vue des prairies, quelques troupeaux au loin, ou quelques animaux traversent la route. Des yourtes, par ci par là. Le dépaysement total !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Lac Salé

Nous arrivons deux heures plus tard à notre lieu de bivouac, face au lac salé. La nature avec un grand N. Et en descendant du camping-car, une bonne odeur de thym se dégage de la prairie. Respirons à pleins poumons.

Au briefing du soir, je découvre que la visite à l’Association Christina Noble est prévue seulement lundi alors que je pensais qu’elle aurait lieu le lendemain. Ce n’est que partie remise. Régis et moi, organisons l’apéro du jour pour fêter l’arrivée en Mongolie, puisque je suis surnommée « Miss Mongolie » par certains des organisateurs. Mon vin d’orange maison a un succès fou. Plusieurs baroudeurs me demandent la recette. On verra au retour, car je ne me souviens pas des proportions.

Dimanche 8 juillet – de « Petite Colline verte » au Monastère Aglal Buteel

Ce matin nous nous arrêtons au marché de Darkhan. Véritable caverne d’Ali Baba, il y en a pour tous les goûts. Suzanne achète une « machine à laver de campagne ». Nous fouinons dans un « Leroy Merlin » et un « Feu Vert ». Régis a même vu des alternateurs d’occasion… Nous passons dans le rayon boucherie, presque uniquement tenu par des femmes. Nous achetons quelques spécialités locales, genre salade composée avec du poulet, des légumes, des algues, des pâtes fraîches.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis, nous nous arrêtons pour contempler le Bouddha doré à la sortie de Darkhan, au bord de la route, la statue de l’ouvrier, ensuite dans un village pour assister aux fêtes du Nadaam. Nous y retrouvons d’autres baroudeurs et goûtons les beignets à la viande, spécialité de cette fête. Puis un concours de lutte commence et nous pouvons admirer la force des jeunes hommes. Nous ne pouvons pas rester plus longtemps car il nous reste une petite centaine de kilomètres à parcourir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vues de loin, les yourtes dans les prairies ressemblent à des champignons. Le paysage est vraiment différent de ce que nous connaissons. C’est tout simplement beau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La ligne de chemin de fer du transsibérien longe notre route pendant plusieurs kilomètres et en fin d’après-midi nous arrivons au Monastère bouddhiste Aglal Buteel. Nous montons les marches jusqu’au temple d’où nous avons une belle vue sur la vallée. Puis nous redescendant à nos véhicules et repartons vers le lieu de bivouac. Les premiers arrivés étant des 4×4 ont pu passer entre la route et la prairie surélevée. Mais il y a un creux qui ne permet pas aux camping-cars plus long de passer. Nous décidons tous ensemble d’occuper la prairie en contre-bas de la route. De jeunes garçons viennent au-devant de nous. Je vais à leur rencontre, nous essayons de parler quelques mots mongols à l’aide du lexique de mon guide touristique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après le briefing qui se termine sous la pluie, un arc-en-ciel se dessine entre les montagnes. Cadeau !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s